Docs

XaraLX à la loupe

Inkscape à maintenant un petit frère

Christian, le dimanche 23 juillet 2006

C’est au cours de la dernière réunion mensuelle des membres de l’association qu’a été abordée l’existence du projet Xara LX. A priori, l’annonce faite en fin d’année 2005 clamant l’arrivée de ce logiciel sur les plateformes Linux et Mac est passée sous silence. Voici donc un bref article pour faire la lumière sur un sujet qui fit pourtant grand bruit ...

Présentation

Xara LX [1] est donc le portage (en cours) sur Linux de Xara Extreme.

Logiciel d’édition vectorielle, il est le fruit de la société Computer Concepts, Ltdc créee en 1981 dans le nord de Londres (qui sera rebaptisée Xara en 1995). Cette jeune entreprise de développeurs logiciels indépendants travaillera tour à tour sur les plateformes Acorn Atom, BBC Micro, Z88, Atari ST et Acorn Archimedes pour enfin se situer sur l’architecture 32 bits avec l’avènement de Windows95 et NT.

1991 voit la naissance d’Artworks, premier logiciel d’édition vectoriellle anti-aliasée en temps réel, dédié à la plateforme Acorn. La mort annoncée de cette plateforme, la montée en puissance du couple Intel/Mircosoft et l’arrivée d’un nouveau leader dans le domaine des logiciels graphiques (Corell) amène donc l’équipe (composée de 20 développeurs) à ré-écrire Artworks afin de le porter sur le nouvel OS-32bits. Cela prendra un peu plus de deux ans... pour aboutir à Xara Studio (1995) que Corel revendra sous le nom CorelXara. La politque commerciale de Corel tend à présenter ce produit comme un compagnon orienté web de la suite CorelDraw (donc le dévaloriser) alors qu’il s’agit en fait d’une véritable alternative à leur produit phare. Mais en 2000, la société Xara reprend la main sur son bébé et le renome Xara X, puis Xara X1 en 2004 et tout récemment Xara Xtreme en 2005.

Aujourd’hui, une suite complète (Xara Graphic Studio) comprend tous les outils suivants :

  • Xara Xtreme (édition 2D vectorielle et retouche photo)
  • Xara 3D (édition 3D)
  • Xara MenuMaker (barres de menus pour le web)
  • Xara WebStyle (édition web, bannières, tempaltes, etc...)

Mais l’arrivée récente de Microsoft sur le marché du vectoriel avec leur logiciel Expression laisse présager un avenir incertain pour la société Xara. Consciente du monopole de la firme de Redmond, soutenue par un pouvoir financier hors norme et des équipes de développement qu’aucune autre entreprise ne peut s’offrir, la seule issue possible pour continuer d’exister et atteindre leur objectif de créer le meilleur outil vectoriel est de se tourner vers le libre. La lecture de leur FAQ est par ailleurs troublante. La distorsion engendrée par le marché (situation de monopole) tend à faire disparaître des sociétés comme Xara mais paradoxalement, la qualité des produits et leur prix sont en totale inadéquation sans que l’utilisateur final ne trouve à s’en plaindre (à l’image d’Adobe Illustrator vendu 900$ là ou Xara, lui, l’est à 79$ !)

Xara a donc annoncé à l’automne 2005 son souhait de voir Xara Xtreme placé sous la licence GPL, espérant attirer un grand nombre de développeurs bénévoles et porter son produit sous Linux. Cette annonce à été perçue par la communauté OpenSource comme aussi importante que celles faites par Sun (pour StarOffice) ou Mozilla (pour son navigateur) en leur temps. Un rapprochement est également à l’étude avec les développeurs d’Inkscape afin de réaliser un outil reprenant le meilleur des deux logiciels, mais cette étape ne sera franchie qu’après le portage complet de Xara LX. En effet, seuls deux outils stables et entièrement productifs peuvent être mis en comparaison, c’est pour cela que l’hypothétique fusion Xara/Inkscape ne verra probablement le jour que dans 2 ou 3 ans...

J’ai testé pour vous...

Commençons par faire une installation. XaraLX n’est pas encore fourni sous la forme de paquet au format "deb" ou "rpm", mais sous la forme ".package" basé sur le système Autopackage.

  • Téléchargez le fichier ici.
  • Dans une console faites un "sh RecXaraLX0.6_rev1441.package"

Si autopackage n’est pas installé sur votre système, il est automatiquement rapatrié puis installé (connexion internet obligatoire), puis son interface graphique se lance et commence l’installation de XaraLX. [2].
Une fois l’installation terminée, et si vous êtes sous Gnome, une entrée dans "Apllications -> Images -> Xara LX" apparaît. La désinstallation se fera en cliquant sur "Applications -> Outils systèmes -> Manage 3rd Party Software".

Premier lancement de XaraLX (assez long, "à la openoffice") : l’interface ressemble un peu à celle d’Inkscape, pas trop chargée, les menus restent légers, la présence d’un menu débug confirme que l’on a à faire à une version béta. Essai de quelques outils (rectangle, crayon main levée, changement de couleur, tout à l’air de fonctionner avec pas mal de réactivité). Le travail des développeurs entre l’annonce du portage (octobre 2005) et aujourd’hui est tout simplement bluffant. Basée sur les WxWidgets, l’interface s’intègre bien au reste du bureau..

Un clic dans le menu "Aide", lancement du navigateur web ... toutes les fonctions sont là et un bref survol me laisse penser que la doc est complète. Tout est encore en Anglais, l’internationalisation est en cours (via gettext) mais les contributeurs ne disposent pas encore de serveurs cvs ou svn pour partager leur travail. Les fichiers ".po" s’échangent encore sur le forum de XaraLX, la méthode de travail communautaire n’est pas encore tout à fait au point :)

Des fichiers "examples" sont situés dans "/usr/share/xaralx/Examples", je vous recommande de les ouvrir pour avoir une idée des possibilités du logiciel.

Décidé de tester "la bête", je me lance à la recherche de tutoriels sur le net. Surprise, un site, que dis-je, une mine d’or m’attend ici, des tutoriels par dizaines, des magazines (les workbooks) remplis de cours et autres bons filons, une page de trucs et astuces, des expériences d’utilisateurs, des galeries d’images ... je n’ai jamais vu autant de supports pédagogiques pour un logiciel concentrés en un seul et même endroit. Et je ne m’étendrais pas sur leur qualité didactique à faire pâlir bon nombre d’éditeurs spécialisés dans le domaine. Bref, j’en choisis un au hasard ... allez, zou, va pour celui-ci en espérant ne pas mettre la barre trop haut :)

En suivant à la lettre les recommandations du guide (et sans jamais avoir utilisé XaraLX auparavant), le résultat est là au bout d’un peu moins de 4 heures de travail. Quelques points m’ont retardé (mauvaise interprétation du texte sur l’outil "blend on curve", les dégradés m’ont donné du mal), mais dans l’ensemble, l’interface est "naturelle", on trouve (découvre ?) à peu près tout du premier coup, du moins quand on a passé un peu de temps sur des programmes du même acabit.

Faisons alors nos comptes :

  • Extreme rapidité d’affichage, empreinte mémoire quasi nulle, le benchmark dont le résultat est donné ici n’est pas un simple argument commercial ... bluffant.
  • Des outils simples mais d’une remarquable efficacité :
    • positionnement des objets au pixel près (notamment centrer un cercle sur un point) extrèmement simple
    • guides et grilles fonctionnelles avec modification de la forme du curseur souris à leur survol
    • Tous les paramètres sont personnalisables dans l’infobar (sous le menu) et s’adaptent à l’outil
  • Des outils nouveaux ... mais comment faisait-on avant ?
    • Transparence proposant différents modes (telles les fusions de calque sous The gimp)
    • L’ombrage qui suit l’objet et les modifications ultérieures de sa forme
    • Les reliefs ... le clou du spectacle. Là ou avant (sous inkscape donc) il fallait empiler des tas de formes pour donner un semblant de profondeur, ici, deux clics et puis voilà.
    • Le morphing. Passage d’une forme à une autre, d’une couleur à une autre, bref... essayez !
    • Les perspectives.
  • Coller un texte sur une forme se fait en deux clics, ainsi que le mode "passage à la ligne automatique" en mode colonne
  • Les dégradés, au début déroutants sans avoir lu l’aide, se gèrent très aisément
  • Le crayon à main levée, auto-lissé pour effacer les effets de tremblement et donner des courbes douces
  • Déplacement de l’aire de travail à la roulette (plus rapide que les scrollbars)

Certaines choses comme "le pavage de clone", les outils de positionement centrage, ou la simplification de contours lui font défaut face à son concurent libre ... mais ses qualités sont telles que cet outil viendra vite le surclasser. D’ailleurs, la rapidité avec laquelle XaraLX avance permettra, je pense, l’arrivée d’une 1.0 en début d’année prochaine (voir ici le travail qui reste à accomplir).

La version windows, toujours payante, contient en plus des plugins non-free (comme les palettes Pantone soumises à brevets) qui resteront probablement inaccessibles aux Linuxiens. Mais pour une utilisation personnelle, je ne peux que vous conseiller de l’essayer .... et l’essayer, c’est l’adopter :)

Notes :

[1Son vrai nom est Xara Extreme on Linux, mais le raccourci est plus employé

[2Attention : processus long (= 5mn), gourmand en ressource CPU, patientez sagement :)

titre documents joints


  • Fichier Source
    (Zip - 23.2 ko)

    fichier obtenu suite à l’application du tutoriel